Vaccination contre le VPH : La COCQ-SIDA salue la décision d'étendre le programme aux garçons

Version PDF

Montréal, le 7 décembre 2015 – Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a récemment annoncé sa décision d’étendre le programme de vaccination gratuite contre les virus de papillome humain (VPH) aux hommes âgés de 26 ans au moins ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes à partir de janvier 2016 et aux garçons en 4e année d’école primaire à partir de septembre 2016. Plusieurs types de virus de papillome humain sont associés aux cancers qui peuvent toucher les hommes autant que les femmes.

En 2012, suite à la publication d’études démontrant l’efficacité de la vaccination chez les hommes et les garçons, la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida (COCQ-SIDA) a interpellé le ministre de la Santé de l’époque afin d’offrir la vaccination contre les VPH à ces derniers, ne considérant pas que le programme alors en place, restreint aux filles, servait à protéger les garçons et les hommes, notamment les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Le programme de vaccination des filles contre le VPH a été lancé par le MSSS en 2008.

« Nous sommes très satisfaits de cette décision », de dire Ken Monteith, directeur général de la COCQ-SIDA. « La protection des garçons et des jeunes hommes contre les VPH les plus associés aux cancers servira non seulement à protéger cette partie de la population, et aura ainsi pour effet d’augmenter également la protection des filles et femmes. »

Les vaccins contre les VPH sont plus efficaces quand ils sont administrés avant le début de la vie sexuelle d’une personne, mais ont également des avantages pour des jeunes personnes qui ont déjà initié des contacts sexuels. En marge de l’évaluation du MSSS, le comité d’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance de l’Agence européenne des médicaments a réaffirmé en novembre 2015 la sécurité de ces vaccins, suite à une évaluation de l’expérience européenne de leur utilisation.