Lutte contre le sida, le Canada annonce une augmentation de sa contribution

Version PDF

Montréal, le 5 décembre 2013 – Le Canada a augmenté sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le ministre du Développement international, Christian Paradis, a annoncé une contribution à 650 millions de dollars pour la période de 2014 à 2016, ce qui signifie une augmentation de plus de 20 pour cent en comparaison à la contribution de 2010 à 2013.

Nous tenons à remercier le premier ministre, M. Harper et son gouvernement qui ont répondu à notre appel et qui ont déclaré leur soutien à la lutte contre le VIH/sida. Cet appui financier permettra au Fonds mondial de prolonger ses programmes de prévention et de traitement en cours jusqu’en 2016. Depuis 2002, l’année de création du Fonds mondial, le Canada s’est engagé à plus de 2,1 milliards de dollars canadiens.

Contributions généreuses
Selon les estimations, le Fonds mondial a amélioré l’accès aux médicaments et a sauvé la vie de 8,7 millions de personnes jusqu’à maintenant, soit plus de 100 000 personnes par mois au cours des dernières années. Pour continuer les recherches, les programmes de prévention et les traitements offerts aux pays en développement jusqu’en 2016, le Fonds mondial a besoin de 15 milliards de dollars américains.

Réalisations dans la lutte contre le VIH/sida
Les canadiens et les canadiennes peuvent être fiers de leur engagement à sauver la vie des personnes vulnérables dans les pays en développement. Le Fonds mondial est l’un des principaux appuis financiers de la prévention et du traitement du VIH/sida, de la tuberculose et du paludisme à grande échelle. Les résultats récents publiés par le Fonds mondial font apparaître de nouvelles avancées majeures en ce qui concerne le traitement des personnes vivant avec le VIH. En effet, au cours du premier semestre 2013, 1,1 million de personnes supplémentaires vivant avec le VIH ont pu bénéficier d’un traitement antirétroviral; et le nombre de femmes traitées pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant a augmenté de 21%.