« Soirée légendaire, un dépistage c’est clair », une campagne de prévention de la syphilis

Version PDF

Montréal, le 14 avril 2014 - La syphilis est en hausse au Québec. Selon les données les plus récentes de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), une proportion importante des nouveaux cas sont diagnostiqués chez des hommes gais et des hommes ayant des relations sexuelles avec d‘autres hommes (HARSAH). En ce sens, à travers une campagne de prévention, la COCQ-SIDA rappelle à ces populations l’importance de se faire dépister régulièrement et d’aviser ses partenaires afin de réduire le nombre d’infections au sein de la communauté.

« Du fait que la syphilis est souvent asymptomatique, il est difficile de savoir si on est infecté ou pas. De plus, la syphilis se transmet facilement. Ce pour quoi nous rappelons aux hommes gais et aux hommes qui aiment le sexe avec les hommes que le test de dépistage est l’un des meilleurs moyens de préserver sa santé sexuelle et celle de ses partenaires » nous dit Ken Monteith, directeur général de la COCQ-SIDA.

En collaboration avec Exosphère - zone créative, les membres du comité de travail Hommes gais / HARSAH ont décidé de mettre l’accent sur le dépistage et sur ce que l’on appelle la notification de partenaires. La campagne « Soirée légendaire, un dépistage c’est clair » se veut informative afin que les hommes gais et les HARSAH prennent conscience des risques d’une infection à la syphilis et qu’ils agissent en conséquence. Cette nouvelle campagne se déploiera à travers de multiples voies de communication telles de l’affichage, des publicités dans des magazines et sur des sites de rencontre. Tous les outils invitent à consulter la section syphilis nouvellement ajoutée au site web d’information sur la santé sexuelle dédié à ces populations pretpourlaction.com.

« Bien que les hommes gais et les HARSAH se fassent dépister beaucoup plus souvent que la moyenne des gens, il leur est recommandé d’augmenter leur fréquence de dépistage afin de contrer l’épidémie. Aviser ses partenaires s’avère également un moyen efficace de réduire le nombre d’infections et d’éviter d’être réinfecté par l’un de ses partenaires » nous dit Geneviève Némouthé, coordonnatrice de projets à la COCQ-SIDA.

Découvrez la campagne.