Washington 2012, 19e conférence internationale sur le sida

27 juillet 2012 - La PrEP, cet outil préventif au service des communautés

A lire sur le blogue de Coalition PLUS.


27 juillet 2012 - Sida : des études présentées jeudi ouvrent l'espoir d'une guérison

Jean-Louis Santini, dans La Presse : "Trois études présentées jeudi à la 19e Conférence internationale sur le sida à Washington pourraient ouvrir une voie vers une guérison de l'infection, ont estimé des chercheurs, tout en soulignant qu'il faudrait probablement plus de dix ans avant d'espérer une percée." Pour lire la suite.


27 juillet 2012 - "Le Fonds mondial doit rester mondial"

Seronet revient sur la  présentation de l'ambassadrice française sur le VIH/sida, Mireille Guigaz, sur le thème "Le Fonds mondial dans 5 ans".


27 juillet 2012 - Prochaine conférence, en 2014, en Australie : et la liberté de circulation des PVVIH ?

Sur le blog de Coalition PLUS : l'association Élus locaux contre le sida s’interroge sur le choix d’un pays qui limite la liberté de séjour des PVVIH pour accueillir la 20e Conférence internationale sur le sida en 2014.


27 juillet 2012 - La pénalisation de l'homosexualité fait obstacle à la lutte contre le sida

Le symposium d'Africagay contre le sida qui s'est tenu jeudi 26 juillet à Washington a réuni les militants autour d'un consensus : la pénalisation de l'homosexualité fait obstacle à la lutte contre le sida. C'est le cas sur le continent africain... Découvrez la suite sur le site de AIDES.


26 juillet 2012 - La prévention à travers le traitement, juste et éthique ?

Le traitement comme prévention est sans doute le sujet le plus discuté à la conférence. L’idée est simple : le traitement réduisant drastiquement le risque de transmission, il faut donc mettre le plus de personnes possible sur traitement pour enrayer l’épidémie du VIH. Simple? Non, ce ne l’est pas. Pas du tout. C’est ce qu’ont clairement fait ressortir Susan Timberlake, responsable de la division des droits de la personne à l’ONUSIDA, et Michaela Clayton, une avocate défendant les droits des PVVIH en Namibie. Utiliser les traitements comme moyen de prévention soulève d’importants enjeux d’éthiques, de droits humains et de justice sociale. Pour n’en nommer que quelques uns : Devrait-on, pour le bien de la communauté et de la prévention, mettre une personne sur traitement avant que cela ne soit recommandé pour sa propre santé? Dans les pays où les ressources sont limitées, devrait-on prioriser la mise sur traitement des personnes les plus à risque de transmettre le VIH au détriment d’autres patients? Dans un contexte où l’ont veut dépister et traiter le plus de personnes possible, s’assurera-t-on toujours d’obtenir un consentement éclairé avant de faire passer un test de dépistage, ou encore de mettre une personne sur traitement? Ces questions soulèvent des préoccupations bien réelles. Le traitement offre en effet de toutes nouvelles possibilités particulièrement prometteuses en matière de prévention. Il ne s’agit cependant que d’une option alors qu’il en existe plusieurs autres, tel le condom, dont l’efficacité a été démontré depuis fort longtemps. Et il faut aussi se rappeler qu’aucun moyen de prévention n’est efficace si son utilisation ne se fait pas de façon conforme au respect des droits humains. Le traitement comme prévention? Oui. Mais assurons-nous qu’il soit implanté dans le respect des droits de tous.


26 juillet 2012 - Être dépisté pour finir en prison : quel intérêt ?

Depuis bien longtemps, les acteurs de la lutte contre le VIH/sida dénoncent les effets pervers de la criminalisation sur les programmes visant à enrayer l’épidémie. Du dépistage au traitement, les constatations des acteurs du terrain donnent en effet toutes les raisons de croire que l’ensemble des mesure de prévention et de soutien aux personnes infectées ou affectées sont impactées négativement par les poursuites pénales pour exposition ou transmission effective du VIH. Lisez la suite sur Fil Rouge.

  

 


26 juillet 2012 - Chez les Afro-américains gais, les risques pris n’expliquent pas tout

Éric Fleutelot, directeur général adjoint de Sidaction, présente le paradoxe américain: les gais afro-américains prennent moins de risques mais paient un plus lourd tribut à l'épidémie. 


26 juillet 2012 - Avec les jeunes pour faire la différence

Partout à travers le monde, on reconnaît que les jeunes sont de plus en plus à risque d’une infection au VIH, surtout les jeunes gais et les jeunes hommes ayant des relations avec des hommes. Selon Glenn-Milo Santos, jeune militant gai, cette progression de l’infection s’expliquerait, entre autres, par le peu de résultats de recherche disponibles. Un manque qui empêche de bien cerner les besoins de ces jeunes et de connaître et de comprendre les barrières qui affectent leur accessibilité à de l’information fiable et compréhensible, à des soins adaptés et exempt de préjugés, mais aussi à des réseaux sociaux de pairs. C’est en les rejoignant et en les engageant activement qu’il sera possible de mieux les connaître, de mieux cerner les barrières qui peuvent augmenter leur vulnérabilité et d’adapter et de multiplier les types d’intervention à leur égard. Ces jeunes nous disent : « C’est avec les jeunes qu’il sera possible de faire une différence ».


26 juillet 2012 - Les femmes sont les plus touchées par le sida dans le monde

La Presse rappelle le lourd tribut payé par les femmes à travers le monde.


26 juillet 2012 - Un anticancéreux pour débusquer le VIH dormant

Des scientifiques américains ont annoncé mercredi avoir utilisé un médicament contre le cancer pour débusquer le virus du sida lorsqu'il se cache sous forme dormante dans les globules blancs des malades... Découvrez la suite sur le site de l'AFP.


26 juillet 2012 - Entre Truvada et "patient de Berlin", guérir, oui mais quand ?

Retour sur les avancées les plus récentes en matière de VIH, avec l'entrevue avec Eric Fleutelot, directeur général adjoint international de Sidaction, par  le magazine français Sciences et Avenir.


26 juillet 2012 - Le feuilletton autour de la TTF en France continue

Dans le journal français La Croix, un intéressant article : Les arbitrages ne sont pas rendus sur la taxe antisida.


26 juillet 2012 - Découvrez les brèves de Seronet

Aujourd'hui, notamment, l'approche "Test and treat" et la part du secteur privé dans le dépistage du VIH.


26 juillet 2012 Drogues : répression versus santé publique

AIDES publie un billet portant sur la session qui s'est tenue lundi, consacrée aux politiques publiques sur les drogues : elle enfonce le clou sur le lien dramatique entre criminalisation des usagers de drogues et propagation du VIH et des hépatites virales.


26 juillet 2012 - Prep : l’Europe est à la traîne !

"Les personnes séropositives sous traitement efficace ne risquent plus de transmettre le VIH, c'est un fait. Aujourd'hui, un nouveau débat est ouvert : qu'en est-il des séronégatifs qui souhaitent prendre des antirétroviraux pour éviter de contracter ce virus (Prep) ? La stratégie semble efficace... Lisez la suite sur la page de AIDES


25 juillet 2012 - Tourner le dos à la Ministre

Durant la session régionale sur l’état de la lutte au VIH au Canada et aux Etats-Unis, des activistes canadiens se sont levés et ont tourné leur dos à la ministre de la Santé, l’honorable Leona Aglukkak, durant son allocution, afin de démontrer leur opposition aux décisions prises par le gouvernement Conservateurs, au cours des dernières années; décisions qui peuvent nuire à la qualité de vie des populations touchées par le VIH. 

 

 


 25 juillet 2012 -Le VIH au sein de la diaspora noire

La diaspora noire est éparpillée à travers autant de pays dans le monde que ceux dont elle s’est expatriée. Cependant, d’un pays d’accueil à l’autre, il y a des points communs. Dans la plupart d’entre eux, tels les Etats-Unis ou le Brésil, les personnes originaires d’Afrique ou des Caraïbes représentent le groupe le plus affecté par le VIH/sida. Le racisme et la xénophobie augmentent leurs vulnérabilités mais diminuent aussi leur accessibilité aux services de soins, d’entraide ou d’information. On note aussi l’impact de la migration vers un nouveau pays et celle de l’intégration au sein de la communauté d’accueil, situations anxiogènes et sources de vulnérabilités pour la majorité des personnes, et ce, pas seulement concernant le VIH. Pour mettre fin à l’épidémie au sein de cette diaspora, il faut tenir compte des multiples dimensions et des différents portraits épidémiologiques qui ont un impact sur la prévention, mais aussi sur l’accès aux soins, aux traitements et aux services. C’est ce qui résume les présentations d’éminents spécialistes à AIDS 2012.


25 juillet 2012 - Des traitements de qualité pour les pays du Sud !

"Les pays du Sud AUSSI ont droit à des traitements de qualité !", indique AIDES (22 juillet) à l’occasion de la Conférence de Washington. Cette apostrophe fait suite à la publication (22 juillet) d’une étude dans "The Lancet" qui montre à quel point l'accès aux traitements est fragile et complexe, et vient tempérer les excès d'optimisme de cette XIXe conférence internationale. "Selon cette étude, de plus en plus de malades développent des résistances aux traitements de première ligne dans les régions les plus pauvres du monde, en Afrique australe et orientale (+ 29 % de résistances par an). Avec des conséquences immédiates : un traitement qui ne fonctionne plus, c'est une charge virale qui explose et la survie des malades directement menacée.
Lisez la suite sur Seronet.


25 juillet 2012 - Thérapie antirétrovirale : Essais cliniques

Le Portail VIH/sida fait le point sur les derniers essais présentés lors de la Conférence.


25 juillet 2012 - La criminalisation n’est pas la solution

Un panel de cinq experts internationaux réitère, devant un parterre d’une vingtaine de journalistes, que les lois et les poursuites qui visent les personnes vivant avec le VIH sont inefficaces, contreproductives et aussi injustes. L’un des panélistes, un homme séropositif, rapporte qu’il a été accusé de voies de fait graves pour avoir eu une relation sexuelle protégée sans dévoiler son statut sérologique à son partenaire. Il a été condamné à 25 ans de prison et reconnu « délinquant sexuel », et ce, pour le reste de sa vie. Il a réussi à être libéré après cinq années d’emprisonnement, mais il est toujours listé comme délinquant sexuel. Durant son emprisonnement, il a été transféré maintes fois d’un établissement à un autre et, à chaque fois, il a été quelques jours sans traitement. Il admet également que son statut sérologique était connu de tous. À sa sortie, il n’a retrouvé que sa liberté. À cause de son passé judiciaire, il peine à se trouver un emploi, sa situation financière est fort précaire, il vit des problèmes relationnels avec sa famille, ses amis et également des problèmes psychologiques. Ce témoignage est un bel exemple d’injustice. Il met également en lumière, tel que rapporté par une autre panéliste, les réelles difficultés à se « construire un comportement adéquat » quand d’un côté les autorités médicales disent que porter le condom protège ses partenaires et que de l’autre il y a des lois et des accusations qui disent le contraire. Edwin Bernard, du HIV Justice Network, ajoute que le traitement comme outil de prévention ne peut fonctionner dans des contextes où le VIH est criminalisé. Il appert pour tous que la criminalisation doit cesser et que les lois visant le VIH doivent être abolies si l’on veut réellement mettre fin à l’épidémie du VIH.


25 juillet 2012 - La fin du sida ?

Anabelle Nicoud, pour La Presse, à l'occasion de la conférence AIDS2012, fait un tour d'horizon de la situatuation actuelle, ainsi que des perspectives "pour en finir avec le sida".


25 juillet 2012 - La taxe financière est la « solution » face au VIH/sida

Pour Cesar Bonifaz, de l’association équatorienne Kimirina, membre de Coalition PLUS : "La lutte contre le VIH/sida est d’abord une question de moyens et il est temps que les gouvernements entendent ce que disent les malades et la société civile ». Découvrez cette entrevue sur le blogue de Coalition PLUS.


25 juillet 2012 - Taxe sur les transactions financières : la France montre-t-elle le mauvais exemple ?

Seronet nous parle de la déconvenue occasionnée par l'annonce du Président Hollande concernant la TTF ayant d'abord suscitée un léger espoir et finalement une grosse déception.


25 juillet 2012 - Le patient de Berlin

Le Devoir, à l'occasion de Washington 2012, revient sur la guérison de Timothy Brown et évoque l'espoir que son cas suscite parmi les chercheurs.


24 juillet 2012 - Manifester à Washington

Parfois les images valent mille mots. Découvrez ce qui se passait dans les rues de Washington aujourd'hui.


24 juillet 2012 - Revue de presse Washington 2012

Fil Rouge, le blog du Groupe Sida Genève propose sa revue de presse concernant la Conférence AIDS2012. On y trouve notamment un article du Figaro Santé "La prévention du sida dans la communauté gay est à revoir"


24 juillet 2012 - La fin du sida est désormais une question de courage politique 

Aujourd’hui, Coalition PLUS et ses membres se mobilisent de façon inédite pour qu’une Taxe sur les Transactions Financières (TFF) soit adoptée à l’échelle mondiale. La suite sur  http://www.coalitionplus.org/actualite/blog/


23 juillet 2012 - Communication et VIH

Au cours de l’après-midi, j’ai assisté à deux présentations concernant le VIH et les communications. L’une s’adressait aux journalistes et avait pour but de les sensibiliser à certains aspects spécifiques en matière de communication reliée au VIH, tels que les terminologies à utiliser pour nommer et représenter les différentes populations touchées par la problématique, et les différentes façons de rapporter le témoignage de personnes vivant avec le VIH. Cette séance a attiré une trentaine de journalistes et spécialistes en communication. La deuxième session portait sur l’utilisation de Twitter et le fait d’y diffuser de l’information complexe. Des spécialistes en communication ont démontré ce que plusieurs savaient déjà : oui, c’est possible, à la condition que Twitter soit utilisé comme une voie de transmission d’information que l’on retrouve sur d’autres plates-formes, tels les sites web et les blogues. Les conférenciers ont également abordé la question d’une veille électronique qui permettrait de savoir ce que la population pense des sujets diffusés sur Twitter et Facebook. Ces média sociaux ne permettant pas ce type d’exercice, les conférenciers ont proposé une liste d’outils de veille, parmi lesquels Topsy.com ou encore Socialmention.com.

23 juillet 2012 - Vaccin : quel futur ?

La deuxième présentation à laquelle j’ai assisté à Washington, en cette première journée officielle de conférence, concernait l’avenir de la recherche sur les vaccins, à travers un panel de discussion de huit spécialistes renommés. D’entrée de jeu, il a été question d’une possible cure. L’un des panélistes a même utilisé l’allégorie du Phénix renaissant de ses cendres pour figurer l’état d’esprit des chercheurs après des décennies d’échec. Qu’est-ce qui explique ce nouvel état d’esprit ? C’est le cas de Timothy Brown. Timothy Brown est la première personne séropositive guérie du VIH. Une guérison complexe, réalisée à travers une greffe de la moelle osseuse d’un donneur porteur d’une mutation génétique rare qui empêche l’infection par le VIH des cellules du système immunitaire. Cet exploit a ouvert plusieurs voies de recherche qui, selon ces experts, permettront d’atteindre le but ultime de la guérison du VIH. Évidemment, le chemin pour y arriver est hasardeux et plusieurs questions restent sans réponse. N’en demeure pas moins que leur enthousiasme était palpable, au point de vraiment nous laisser croire que la cure serait pour demain.


23 juillet 2012 - « Obama doit suivre l'exemple de Holland »
 
« Robert Tolbert, activiste américain séropositif fait campagne pour la taxe sur les transactions financières, ou taxe Robin des Bois... »Découvrez la suite de cet article de Deborah Glejser du Groupe Sida Genève sur le blogue de laPLUS, Coalition internationale sur le sida.
 

23 juillet 2012 - Criminalisation : collaborer pour changer les mentalités et la loi

Le Canada est l’un des états enregistrant le plus grand nombre de cas de criminalisation de l’exposition au risque de transmission du VIH. Et, parmi les provinces, le Québec se classe au deuxième rang. Dans ce contexte, trois structures provinciales ont décidé de travailler ensemble afin de sensibiliser le milieu de la justice quant aux impacts négatifs de l’utilisation du droit criminel dans la lutte contre le VIH, soient le Ministère de la Santé et des Services sociaux, la Direction de la Santé publique du Québec et la COCQ-SIDA. Dans le cadre du kiosque du Canada, Stéphanie Claivaz-Loranger, coordonnatrice du programme Droits de la personne et VIH à la COCQ-SIDA, a présenté les différentes stratégies mises en œuvre par les partenaires, afin que le Ministère de la Justice considère vouloir réfléchir et travailler sur le sujet. Un travail de longue haleine afin de « dégager des marges de manœuvres qui permettront de renverser la vapeur » tel que le précise Évelyne Fleury, agente de planification au Ministère de la Santé et des Services sociaux. Les acteurs concernés dans ce processus précisent notamment combien les alliances sont essentielles, qu’il est important d’utiliser plusieurs stratégies afin de rejoindre les personnes clefs et d’adapter le discours au champ de compétence de chacun de ces acteurs afin que soient facilitées les discussions. Après quatre ans de collaboration et de démarches, les trois instances associées dans cette initiative rencontreront prochainement des représentants du Ministère de la Justice afin de se pencher sur cet enjeu. Peut-être le début de la fin de la criminalisation du VIH au Québec…


22 juillet 2012 - C'est parti!

La XIXe conférence internationale sur le sida est officiellement ouverte. Devant des milliers de personnes, plusieurs personnalités publiques ont exprimé leurs désirs de voir la fin de l’épidémie du VIH. Encore une fois! Mais Michel Sidibé, Directeur général de l’ONUSIDA, y croit. Il a vu, dit-il, comme plusieurs d’entre nous : «Wear a condom, end AIDS. Give money, end AIDS.». Malgré tout, il considère que nous sommes à une période charnière qui sera bénéfique à la lutte, car entre autres, la recherche porte ses fruits et permet la diversification des moyens de prévention, des traitements et aussi permet de croire en de réel espoir sur les vaccins et même sur un remède. Il croît le tout possible par l’instauration d’une taxe sur les transactions financières, la fameuse taxe Robin. Il précise que : «The ends of AIDS is not free. It is not too expensive. It is priceless ». Ajoutons que Sharon Stone a remis le premier prix IAS/Amfar Elizabeth Taylor Award afin de reconnaître tout effort de plaidoyer pour les droits humains dans le domaine du VIH.


22 juillet 2012 - Joueurs clés exclus de la conférence

Lors de la conférence de presse pour l’ouverture de la conférence, bien avant la cérémonie d’ouverture, une manifestation a eu lieu.  Les activistes dénonçaient le fait que les politiques américaines ont empêché la participation de nombreux utilisateurs de drogues ainsi que de nombreuses travailleuses du sexe.

 

 

 

 

 


22 juillet 2012 - Diversifier les offres de dépistage 

Lors de cette session, différents experts français ont présenté des résultats d’études sur l’implantation de diverses offres de dépistage. Virginie Supervie de l’Inserm a démontré que l’offre de dépistage universel de la population générale s’avérerait peu efficace, mais que cette offre pourrait être pertinente au sein de certaines populations. Une autre présentatrice a appuyé ces dires en spécifiant que le nombre de personnes ne sachant vivre avec le VIH serait beaucoup moins élevé qu’estimé. Elle avance un chiffre de 15 000 au lieu de 50 000!  Sandrine Fournier de Sidaction a parlé du projet Flash test, une offre de dépistage sur une semaine dans les lieux de socialisation des hommes gais qui a réussi à rejoindre prés de 400 hommes gais. Au total, neuf hommes ont été diagnostiqués vivant avec le VIH dont sept d’entre eux ne le savaient pas.  La session s’est terminée avec la présentation d’une étude sur le désir des hommes gais d’avoir accès à l’autotest de dépistage du VIH. Un questionnaire en ligne a été répondu par plus de 9 000 personnes, dont 83% d’entre eux étaient gais. Près de 30% des répondants disent connaître l’existence de l’autotest de dépistage du VIH.  Pour ceux qui n’en connaissaient pas l’existence, 87% aimerait y avoir accès.  La raison la plus citée est le désir de confidentialité concernant leur vie sexuelle. Fait intéressant, mais anecdotique, trois hommes ont dit avoir obtenu un test positif et ont reporté ne pas avoir consulté de médecin depuis. 


22 juillet 2012 - L’approche genre, pour les hommes aussi

L’approche genre, vous connaissez?  Disons, grossièrement, qu’il s’agit d’une approche qui privilégie la réflexion de points de vue autres que celle basée sur le masculinisme. L’une des sessions de la journée portait sur la mobilisation des hommes face à cette approche.  Les conférenciers ont présenté quelques statistiques démontrant que les hommes se feraient peu dépister, qu’en général, nous ne connaîtrions pas leurs besoins spécifiques face aux vulnérabilités qu’ils peuvent vivre, qu’ils utiliseraient peu les systèmes de santé et qu’ils seraient peu engagé dans la mise en place de politiques reconnaissant les droits de tous un chacun. Selon Jerker Edstrom, du Institute of Developpement Studies, il s’est établi à travers le temps une polarisation des discours qui est contreproductive et nuisible autant pour les hommes que pour les femmes.  Tous s’entendent à dire qu’il est important de mobiliser les hommes afin de réellement confronter les stéréotypes et aussi les structures tels qu’établies.


22 juillet 2012 -  Le début du début

C'est dimanche.  La cérémonie d'ouverture est dans 9 heures, mais la journée est remplie de présentations des plus intéressantes.  Le choix est déjà difficile à faire, et ce, même si la conférence n'a pas officiellement débuté. 

La COCQ-SIDA a signé la Déclaration de Washington D.C. afin de «renverser ensemble le cours de l'épidémie ».  Nous vous invitons également à la signer.